J'ai découvert récemment l'existence de Planetair, un organisme sans but lucratif canadien (dont les bureaux se trouvent à Montréal), qui nous propose de compenser nos gaz à effet de serre en acquérant des crédits de compensation de carbone.

L'idée est simple : investir dans des projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique qui permettront d’éviter que soit rejetée dans l’atmosphère une quantité de GES équivalente à celle que nous générons par nos activités.

On trouve sur le site des outils pour calculer nos émissions de gaz à effet de serre dues aux voyages en avion, à l'utilisation de la voiture et à l'électricité consommée à la maison. C'est un bon départ, mais pour quelqu'un comme moi qui ne prend pas l'avion, n'a pas de voiture et chauffe à l'hydro-électricité, la quantité de carbone à compenser est ridiculement faible...

Je suis sûre que si je calculais tout ce que je consomme (et je consomme pourtant très peu), je suis sûre que le résultat serait très différent. Il n'y a qu'à penser à tous ces kilomètres que font les aliments que je consomme. Une famille normale qui ne regarde pas l'origine des produits achetés peut atteindre une moyenne comprise entre 3500 et 5000 km de distance par produit, soit la distance Québec-Vancouver. J'ai beau faire acheter bien des produits directement du producteur et recevoir des paniers d'une ferme locale en saison, il n'en demeure pas moins que j'achète des fruits et des légumes venus du Sud, sans parler du café, du sucre et autres produits qu'on ne cultive malheureusement pas dans notre blanc pays!

C'est une donnée présentée dans le bulletin de Greenpeace qui m'a amenée à réfléchir à tout ça et à ne pas me limiter aux gaz à effet de serre dus à aux déplacements et au chauffage dans mon calcul d'émissions à compenser. 1 kg de viande = 250 km en voiture + toutes les lumières allumées à la maison!!! C'est plutôt effrayant, quand on y pense... J'ai donc décidé de calculer ma consommation de viande comme des déplacements et de compenser mes émissions de gaz à effet de serre correspondantes.

J'évalue ma consommation de viande à environ 1/2 kilo par semaine, donc 125 km par semaine x 52 semaines. Selon l'outil de calcul de Planetair, cela représente environ 1,5 tonne de gaz à effet de serre. Si j'y ajoute les gaz à effet de serre dus à l'électricité consommée à la maison (moins d'une tonne), j'arrive à un total de 2,5 tonnes d'émissions à compenser.

Cela représente 65,52 $ ou 98,86 $, selon que je choisis les crédits Portfolio ou Gold Standard. Ces derniers crédits sont certifiés par l'organisme du même nom. "Cette norme exige que les projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique impliquent également le développement durable de la collectivité locale (augmentation du niveau de vie, transfert des connaissances, création d’emploi, réduction de la pollution, etc.)." (source : Planetair)

Ce sera, je crois un bon début. Je ne pourrai pas prétendre être "carbone neutre", mais j'aurai déjà fait un premier pas... Ma prochaine étape sera d'ajouter au calcul, pour la prochaine année, une approximation des kilomètres parcourus par mon panier d'épicerie.